Carnet de campagne : récupération de l’argent détourné, les grands projets au sud du pays, la politique des jeunes et autres promesses…

 Carnet de campagne : récupération de l’argent détourné, les grands projets au sud du pays, la politique des jeunes et autres promesses…
Par Abbès Zineb | 01 Décembre 2019 | 17:11

La campagne électorale entre aujourd’hui dans sa dernière ligne droite avec cette ultime semaine qui a vu encore les candidats poursuivre leur programme de meetings à travers différentes régions du pays, à la rencontre de citoyens.

Abdelkader Bengrina, en meeting dimanche à Biskra, a évoqué l’argent détourné par la « Issaba » (bande) depuis 1990 jusqu’au Hirak du 22 février et s’engage à le récupérer au cas où il serait élu président de la république.

« Dans le cas de mon élection je vous promet de rouvrir tous les dossiers de la corruption pour récupérer l’argent du peuple », a-t-il lancé avec beaucoup d’assurance, ajoutant qu’il connait la procédure pour faire aboutir la démarche.

Par ailleurs Bengrina a fait l’éloge de l’ancien président de la République Liamine Zeroual, dont il était ministre, indiquant à l’assistance qu’il avait, à l’époque, interdit à ses ministres de s’exprimer en Conseil des ministres dans la langue de Molière, les obligeant à parler en arabe, même si lui-même n’avait pas une bonne maîtrise des règles de la grammaire et la conjugaison de la langue d’El Moutanabi.

 L’ex ministre du tourisme a parlé de l’agriculture, particulièrement de l’agriculture dans le sud et le marché de la datte qu’il promet d’organiser et de labéliser. Et de s’en prendre enfin et à nouveau à la Issaba qui a, selon lui, entravé le développement de l’agriculture en Algérie pour favoriser l’importation des produits extérieurs.

A Ouargla, le candidat Abdelmadjid Tebboune, caressant l’assistance dans le sens du poil, a rappelé que cette wilaya est à l’avant-garde du Hirak en 2013 déjà au moment où des milliers de jeunes de la wilaya étaient sortis dans la rue pour dénoncer le chômage et la marginalisation.

L’ex premier ministre promet la relance de projets structurants au niveau de cette wilaya et à Hassi Messaoud, parlant d’un grand projet d’hôpital. Il n’a pas non plus écarté la perspective de transférer les instituts de pétrole qui sont actuellement au nord du pays vers le sud.  

Tebboune, pour ne pas être en reste sur le sujet par rapport à ses concurrents, dit être sensible à la situation de la femme au foyer et des personnes aux besoins spécifiques, promet de revoir leurs pension mensuelles.

Azzedine Mihoubi, pour sa part, a parlé des jeunes, de leurs difficultés d’insertion, promettant lors d’un meeting électoral à Mascara de revoir le dispositif ANSEJ et surtout de débureaucratiser les investissements des jeunes.

Il revient également sur le cas des femmes au foyer par la création de caisses spécifiques pour prendre en charge leur besoin ainsi que les autres catégories dites à besoins spécifiques.

Parlant politique, l’ex-ministre de la culture a rappelé que le peuple algérien s’est exprimé de façon pacifique lors de ses revendications le 22 février, fascinant le monde par ce mode d’expression.

Pour lui, une bonne partie des revendications du Hirak sont déjà réalisées et les autres le seront une fois l’élection présidentielle concrétisée.

Ali Benflis multiplie les clins d’œil à l’institution militaire « qui a accompagné le Hirak pour débarrasser le pays de la Issaba », dit-il dans son meeting aujourd’hui à la salle Mbarek El Mili, à Mila.

Benflis fait aussi l’éloge des institutions de l’Etat en expliquant qu’elles renferment en leur sein des hommes braves et sincères qui soutiennent la Révolution populaire. En parlant de la présidentielle, il rappelle que c’est bien la seule voie pour sortir le pays de l’impasse politique, admettant que toutes les conditions ne sont pas réunies.

Benflis fait un procès contre l’ancien président en soulignant que la présidentielle du 12 décembre mettra « un terme à un Etat sans tête et donnera au pays un président qui va parler aux algériens, s’adressera aux nations, représentera le pays dans les rendez-vous internationaux, défendra le drapeau national et se recueillera à la mémoire des martyrs de la révolution.

En abordant son programme politique, il dira que le peuple sera au cœur de sa politique promettant la création d’un million de postes d’emploi dont 450.000 pour les universitaires et 550.000 pour les jeunes chômeurs dont il faut prendre en charge la formation.

Voir toutes les actualités