Bras de fer MPTIC - Syndicat : 3000 travailleurs demandent la tête de Mohamed Tchoulak

Bras de fer MPTIC - Syndicat :  3000 travailleurs demandent la tête de Mohamed Tchoulak
Par Nourredine B | 15 Juillet 2017 | 18:23

Les travailleurs de la Poste et des Technologie de l’information et de la Communication ainsi que ceux de Mobilis mettent le pied dans le plat dans le bras de fer qui met aux prises la ministre, Imane Houda Ferraoun à la Fédération nationale des travailleurs de la Poste et des Technologie de l’information et de la Communication, menée par son président Mohamed Tchoulak.

Ainsi et dans une pétition signée par plus de 3000 travailleurs, des trois secteurs, et adressée au président de la République, ces derniers n’en demandent pas moins que la tête du président de leur fédération.

A la base de leur grogne, la gestion des œuvres sociales dont les fonds «ont suivi des chemins détournés» écrivent-ils, exigeant à ce que Mohamed Tchoulak rende des comptes.

Pour rappel, le conflit qui était latent, a pris une grande proportion avec la montée au créneau simultanée de pas moins de huit fédérations UGTA pour exprimer leur «solidarité» et leur «appui» à leur homologue du  secteur des MPTIC.

Ces huit fédérations de l’UGTA (Sonelgaz, Education, Transport, Finances, habitat, Enseignement supérieur, Santé, P et T) avaient  pris position  lundi  à travers un communiqué appelant au dialogue entre les deux parties et prévenant du  risque de pourrissement de la situation.

Elles ont ensuite procédé à une véritable démonstration de force au siège de la Centrale syndicale à Alger, mercredi dernier, où ils étaient autour de 3000 travailleurs affluant des différentes régions du pays.

Aujourd’hui, l’heure est à la contre -offensive pour Houda Feraoun qui enregistre ainsi un soutien d’envergure, à même de bouleverser la stratégie mis en place par l’UGTA.

Et, chose quasi certaine, le bras de fer prend davantage d’épaisseur.

Voir toutes les actualités