Amara Benyounes appelle à "une paix linguistique" en Algérie

 Amara Benyounes appelle à  "une paix linguistique" en Algérie
Par Nabil Semyane | 20 Avril 2017 | 18:48

Pour le 20 avril, Amara Benyounès a choisi Batna la capitale des Aurès et autre bastion de l’Amazighité pour appeller à «une paix linguistique en Algérie », considérant que l’arabe et tamazight sont désormais deux langues nationales officielles.

Dans un meeting électoral, tenu à la maison de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa devant une imposante assistance , le patron du MPA  a estimé "qu’après la démocratie calme, il fallait parvenir en Algérie à une paix linguistique car l’arabe et l’amazighité sont désormais deux langues nationales officielles et n'y plus de place pour la surenchère".

S’agissant de la langue Amazigh, parfois utilisée comme alibi politique, Benyounès estime que désormais la balle est dans le camp des spécialistes pour lui donner les moyens techniques de son officialité

"La langue amazighe a besoin d’un travail approprié de la part des experts, des spécialistes et des linguistes pour lui donner tous les moyens de devenir effectivement une langue nationale et officielle", a-t-il préconisé.

En Parlant de « Printemps », Benyounès fait un parallèle en évoquant le  « Printemps arabe » et rappeler  que "nous avons connu en Algérie notre printemps durant les années 1980".

Occasion pour lui de saluer depuis la capitale des Aurès, les militants du mouvement amazigh qui ont, a-t-il dit, "lutté pacifiquement pour le recouvrement de de leur identité et de leur langue".

Sous les applaudissements des militants et sympathisants, le responsable du MPA a invité le peuple algérien notamment les jeunes ‘’à s’ouvrir sur les langues étrangères pour accéder effectivement et avec force à la mondialisation’’. Qualifiant la situation économique actuelle du pays de "difficile", il a estimé que la solution économique consiste à "créer davantage d’entreprises et à encourager l’investissement". 

M. Benyounès a, à la même occasion, appelé à "une forte participation" aux législatives du 4 mai prochain pour "donner une grande crédibilité à la prochaine Assemblée populaire nationale et une plus forte légitimité au gouvernement qui en sortira".

Il a également affirmé : "nous voulons une Algérie de paix, de stabilité, de démocratie et d’unité et non pas une Algérie de l’anarchie, de Fitna et de guerre civile et nous devons toujours nous souvenir de ceux qui se sont sacrifiés pour que l’Algérie reste libre et démocratique".

Voir toutes les actualités

Commentaires