Algérie- Côte d’Ivoire, aujourd’hui à 17h 00 en quarts de finale de la CAN 2019 : les Verts pour une place au soleil

 Algérie- Côte d’Ivoire, aujourd’hui à 17h 00 en quarts de finale de la CAN 2019 : les Verts pour une place au soleil
Par Nourredine B | 11 Juillet 2019 | 15:35

Indiscutablement, la sélection nationale va livrer, ce jeudi à 17h00 (HA) à Suez (Egypte) son match le plus difficile, depuis son entrée en lice dans cette CAN 2019 où elle réussi l’exploit d’aligner quatre ‘’clean sheet’’ de rang qui l’ont propulsée d’un rang d’outsider à un favori en puissance pour le sacre final.

Notamment aux yeux d’un public passionné, prompt à vite s’enflammer.

Difficile, pourquoi ?

Il y a, en premier, lieu la stature de l’adversaire, la ‘’Côte d’Ivoire’’ aux allures ‘’d’éléphant en pleine charge’’ pour ce quarts de finale.

 L’équipe d’Ibrahim Kamara se prévaut surtout d’une force de frappe redoutables avec ses fers de lance tels le Lillois Nicolas Pépé, Wilfried Zaha, Maxwel Cornet et autre Wilfried Bony.

Dans l’entrejeu, les Eléphants ont également des atouts  à faire prévaloir. Ils ont pour noms Serey Dié, JM Seri ou encore le Milanais Franck Kessié, alors qu’en défense Serge Aurier apparait à lui seul comme un gage de sécurité défensive.

A l’arrivée un rapport offensif traduit par 7 buts inscrits contre trois encaissés en quatre rencontres.

Impressionnant au premier abord mais loin de soutenir celui des Fennecs avec 9 buts marqués sans  concéder aucun en autant de rencontres.

Toutefois, le jeu des stats. Peut devenir obsolète  au regard de l’enjeu, terrible pour les deux camps, dans la partie d’aujourd’hui.

Côté algérien, où le onze national rivalise avec son adversaire au niveau de la valeur intrinsèque, il s’agit de maitriser plusieurs paramètres.

La pression , d’abord, s’annonce très lourde avec l’impact du parcours époustouflant jusque-là, sur des inconditionnels qui n’ont pas hésité à faire le déplacement en Egypte et l’ensemble du peuple qui croit d’ores et déjà à la deuxième étoile, après celle de 1990.

Ensuite, ce match précisément, se situe à mi chemin de la rencontre, héroïque, contre une grosse pointure, en l’occurrence le Sénégal (1-0) en phase de poules et  celui, virtuel qui attendrait l’EN, en cas de qualification en demi- finale, contre l’épouvantail de cette compétition, le Nigéria.

La grande inconnue réside dans la capacité du groupe à tenir la gageure, au niveau de la condition physique,  après une grande débauche d’énergie durant les quatre victoires mais aussi  par rapport à la chaleur poussée à l’heure du match.

Si le coach national, Djamel Belmadi, trouve la clef à chacune de ces portes, l’optimisme sera permis, même si une autre ombre, d’ordre technico tactique, suscite quelques inquiétudes supplémentaires.

En effet, bon nombre d’observateurs auront remarqué la perte de vitesse  de deux éléments- clefs du onze rentrant, à savoir Atal et Feghouli.

Sinon, tout baigne ? La réponse,  ce soir aux alentours de 19 h00.

Voir toutes les actualités