Affaire Khashoggi : Londres hausse le ton et menace Riyad de « graves conséquences» si les accusations s'avèrent exactes

Affaire Khashoggi : Londres hausse le ton et  menace Riyad de « graves conséquences» si les accusations s'avèrent exactes
Par Boudjemaâ Selimia (Londres) | 11 Octobre 2018 | 17:06

Londres qui suit de plus près l’affaire de la disparition dans des conditions rocambolesques du journaliste Saoudien Jamel Khashoggi, quelques heures après son départ de  la capitale Britannique pour Istanbul, menace carrément Riyad par la voix de son chef de la diplomatie, Jeremy Hunt, de graves conséquences. «Si ces allégations sont vraies. Il y aura de graves conséquences car notre amitié et nos partenariats sont fondés sur des valeurs communes», a déclaré ce jeudi le numéro un du foreign office Britanniquue.

Riyad, il faut le dire, est directement soupçonné d'avoir fait assassiner et procéder au démembrement du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Ce dernier n’a plus donné signe de vie après s’être présenté le 2 du mois en cours dans l’enceinte du consulat de son pays à Istanbul son deuxième lieu de résidence pour des formalitées administratives, liées à son mariage.

“Nous sommes extrêmement inquiets", a déclaré Jeremy Hunt, expliquant avoir transmis sa "vive préoccupation" à l'ambassadeur saoudien à Londres et au ministre des Affaires étrangères saoudien, soulignant dans la foulée qu’un autre partenaire de Riyad, qui entretient une amitié de longue date avec  l'Arabie saoudite, estime qu'il s'agit d'"un sujet très très grave", faisant effectivement référence aux Etats-Unis qui ont demandé des explications à Riyad.

Jamel Khashoggi avait d’ailleurs exprimé lors d’un entretien en direct sur BBC Radio one, 3 jours après sa disparition, de sérieuses craintes sur sa sécurité.  Le journaliste qui a clairement laissé entendre qu’il n’avait nullement l’intention de se rendre dans son pays, n’a pas manqué de revenir sur le climat de répression qui s’est installé dans le Royaume depuis l’émergence du prince héritier Mohammed Ben Salem, désormais leader de facto d’Arabie Saoudite.

Cette vague de répression vise tout ceux qui critiquent la manière dont le pays est gouverné sous le règne de MBS a-t-il expliqué, en s’appuyant sur une série d’événements ayant ciblé un grand nombre de personnalité médiatiques, religieuses et des hommes d’affaires opposés aux méthodes de la nouvelle direction qui préside aux destinées du Royaume Saoudien.  

Cela dit, à Londres la mobilisation s’organise pour dénoncer ce possible crime qui a coûté la vie à un grand journaliste dont le seul tort est d’avoir choisi de s’exprimer librement et critiquer le régime en charge des Affaires dans son pays, notamment sur sa guerre au Yémen.  Hier un collectif de journalistes Britanniques et des activistes dans le domaine de défense des droits de l’homme ont organisé une manifestation devant l’enceinte de l’ambassade d’Arabie Saoudite dans la capitale Britannique pour exiger la vérité sur la disparition de Jamal Khashoggi, en promettant de ne pas se taire jusqu’à l’éclatement de la vérité sur le sort du journaliste Saoudien.

Voir toutes les actualités